Traité d’hippologie

Le traité d’hippologie ou Art du vétérinaire, est un manuscrit provenant du fonds ancien de la médiathèque et ayant appartenu à la famille de Castellane. Rédigé par un auteur anonyme au XVe siècle, cet ouvrage présente la traduction provençale du De medicina equorum de Giordano Ruffo, traité de maréchalerie écrit vers 1250 par le « chevalier de l’écurie » de l’empereur Frédéric II, grand amateur de sciences naturelles et personnellement impliqué dans l’élevage des chevaux. Ce texte novateur fondé sur l’expérience et l’observation est un véritable traité d’hippologie, dans lequel les pratiques magiques et superstitieuses ont été bannies au profit d’une étude plus rationnelle portant sur la reproduction et la naissance du cheval, son dressage, son entretien, ses maladies et leurs différents remèdes. Il existe à ce jour 47 manuscrits en langue vulgaire (dont 2 en sicilien et 4 en français), une édition incunable et 6 éditions postérieures issues du texte latin.

 

Consulter l’ouvrage